Le varroa, acarien parasite de l'abeille, est responsable de pertes de colonies en grand  nombre.La lutte contre cet acarien n'est pas facile mais on peut limiter les risques en utilisant quelques règles.

  • Recherche d’abeilles tolérantes, ou résistantes au varroa : sélection génétique
  • Piégeage du varroa par du couvain mâle, pose de plateaux grillagés : moyens zootechniques et biotechniques

Le traitement médicamenteux

Les abeilles sont génératrices de produits de consommation humaine. L’usage des médicaments doit répondre à quelques principes de base:

  • pas de résidus à des taux supérieurs à la LMR : respecter les doses, les voies d’administration, les modes d’application et le temps d’attente inhérents au médicament ;
  • prescription en accord avec la réglementation ;
  • utilisation d’un médicament possédant une AMM ;
  • prescription en cas de préparation extemporanée ;
  • utilisation de substances inscrite à l’annexe II des LMR (acide oxalique) ;
  • tenue du registre d’élevage ;
  • prescription de molécules en tenant compte des dangers d’utilisation pour l’opérateur ;
  • innocuité nécessaire pour les 3 castes d’abeilles et le couvain ;
  • efficacité suffisante, notion à moduler en fonction de la stratégie annuelle et du moment du cycle de la colonie ;
  • l’alternance est une nécessité pour limiter l’apparition de phénomène de résistance de varroa destructor aux acaricides

Le tau–fluvinate, l’amitraze et le thymol sont les seules substances à avoir une AMM

Tau-fluvalinate (APISTAN) : lanières de 8 g contenant 0,8 g de tau-fluvalinate.

Utiliser 2 lanières, suspendues entre les cadres 3 et 4 et 7 et 8 pendant 6 à 8 semaines, 1 à 2 traitements sont à effectuer chaque année, après la récolte et avant la mise en place des hausses au printemps
Temps d'attente miel : nul.

Amitraze (APIVAR) : Lanières de copolymère de 15g contenant 0,5g d’Amitraze.

C'est le produit le plus adapté à l'heure actuelle. Efficacité moyenne 90 à 95%. Mais il peut y avoir un nombre de varroas résiduels important dans certaines colonies.

Utiliser 2 lanières par ruche, pendant au moins 10 semaines, à placer dans la grappe (nid à couvain).  Périodes de traitement recommandées : après la récolte (fin été/automne) et avant les miellées de printemps.

L'Amitraze est très toxique pour les abeilles, c'est pourquoi il a été mixé dans du plastique qui le libère lentement pour ne pas tuer les abeilles tout en restant toxique pour le varroa qui l'accumule jusqu'à la dose létale.
Temps d’attente miel et autres produits de la ruche: nul
Catégorie: liste de II; n’est délivré que sur ordonnance devant être conservée pendant au moins 5 ans

Thymol: APIGUARD (ND) : barquette de 50g contenant 12,5 g de thymol.

2 applications de 50g de gel par colonie à 2 semaines d'intervalle.

Temps d'attente: miel : zéro jour

L'utilisation d'Apiguard nécessite un espace entre le haut de la barquette et le toit de la ruche ( en retournant le nourrisseur par exemple).

L'usage du thymol implique quelques règles:

  • après l’été
  • tout le rucher doit être traité avec le thymol
  • la température extérieure doit être 20° (au moins supérieur à 15°) pour une efficacité optimale. S’il fait trop froid le thymol ne s’évapore pas. s’il fait trop chaud, l’évaporation est trop rapide et peut poser des problèmes de tolérance à la colonie (agitation, abandon, dérive….)
  • plateaux grillagés fermés

Thymovar (ND) : se compose de plaque d'éponges contenant 15 g de thymol. Les abeilles supportent la concentration de thymol émise par les plaquettes alors qu'elle s'avère être toxique pour Varroa destructeur

On utilise Thymovar après la récolte de miel. Placer les plaquettes (2 en principe) sur les cadres. Les enlever 3 ou 4 semaines plus tard. Recommencer l'opération une seconde fois.

  • Très tôt dès le début août
  • Lorsque les températures journalières sont comprises entre 20 et 25°C,
  • Ne pas utiliser quand les températures extérieures dépassent 30°C.
    • L’efficacité du thymol est variable et incertain et ne peut se concevoir que dans un cadre d’alternance de traitement, avec une nécessité absolue d’un traitement d'hiver hors couvain .

       

      APILIFE VAR est composé de 4 PRINCIPES ACTIFS (Thymol, Eucalyptus, Menthol et Camphre). APILIFE VAR est la solution naturelle pour le traitement et la prophylaxie dans la lutte intégrée contre la Varroase des abeilles (Varroa Destructor).

      Mode d'action: Les huiles essentielles agiraient directement sur le varroa par contact  inhalation et suffocation, provoquant un détachement du varroa de l'abeille.

      Aucun phénomène de résistance à APILIFE VAR n'a jamais été enregistré contrairement aux produits chimiques de synthèse (pyréthrinoïdes, organophosphorés, amidines et autres) qui montrent des niveaux d'efficacité toujours plus bas.

      Tous les composants d' APILIFE VAR sont des substances totalement sures pour le consommateur, les abeilles et les produits de la ruche; ces ingrédients sont inclus dans l'Annexe II du règlement CEE N° 2377/90 qui reporte la liste des substances n'étant pas sujettes à une limite maximum de résidus (LMR) dans les aliments d'origine animale, donc même dans le miel. L'utilisation d'APILIFE VAR® exclut donc tous les problèmes de résidus dans le miel et dans tous les produits de la ruche.

      TEMPS D'ATTENTE Miel: 0 JOURS

      La période idéale d’utilisation varie en fonction du climat des différents pays et régions; il est néanmoins conseillé d’intervenir à la fin de l’été, juste après la récolte du miel.

      Température optimale d’utilisation: 20°- 25°C Une efficacité insuffisante est envisageable si la température moyenne extérieure est inférieure à : 15 ° C.
      Le mélange spécifique permet l'évaporation correcte des ingrédients actifs à l'intérieur de la ruche, même lorsque la température extérieure est inférieure à la moyenne saisonnière.

      Ces molécules , comme l’Amitraze et le Thymol, peuvent être utilisées sous d’autres formes mais sans AMM. L’Amitraze existe dans des médicaments comme le Taktic. Mais son emploi n’est pas conforme à la réglementation. Après accord de la DGAL, il peut être utile de l’employer ponctuellement comme méthode de contrôle d’efficacité d’autres traitements.

      D’autres molécules sont actives contre varroa: l’acide oxalique ou l’acide formique

      L’acide oxalique ne peut-être utilisée que dans des conditions bien précises de prescription car risque de danger aussi bien pour l’abeille que pour l’apiculteur.

      L'efficacité des traitements

      L’efficacité est estimée en mesurant le nombre de parasites tués par un traitement par rapport aux parasites totaux dans une colonie et par le nombre de parasites restant après un traitement. Une mauvaise efficacité peut-être la résultante de plusieurs facteurs : carence d’application, utilisation incorrecte, absence de diffusion de la molécule ou résistance du parasite.

      • lanières laissées en place pas assez longtemps
      • grappe d’abeilles se déplace
      • présence de couvain fermé et donc non action de la molécule sur le varroa qui sont dans les cellules operculées. La modification du climat raccourci les périodes de froid et lorsqu’il fait doux, l’activité de la ruche est plus importante et celle de la reine aussi.
      • froid inhibe l’action de l’amitraze
      • Non vérification de la position des lanières à mi traitement

      En accord avec la DGAL, , selon le principe de la « cascade » nous pouvons vous délivrer Amitraze ou Thymol sur ordonnance, dans le cas ou le traitement d’automne et/ou de printemps aurait manqué d’efficacité au vu d’un nombre trop important de varroas dans le couvainou sur les abeilles.

      Pour en savoir plus :