tournesolL'abeille féconde plus de 80% de notre environnement végétal.

L'aire de butinage des abeilles peut s'étendre jusqu'à 3 km autour de la ruche. Des études ont montré que leur rayon de butinage peut aller jusqu'à 10 à 12km. La surface d'action d'une colonie est parfois supérieure à 2500 ha, ce qui expose les abeilles à une forte probabilité de rencontrer des plantes traitées par des produits phytosanitaires.

Le développement des surmortalités d'abeilles est parfaitement corrélé avec le développement de l'utilisation des insecticides systémiques et persistants en traitement de semences et des sols.

Dans ces conditions l'évaluation des risques occasionnés par un agent chimique est complexe car elle repose sur différents types d'intoxications :

L'intoxication aiguë, plus facile à quantifier, elle se traduit par une mortalité importante à court terme des abeilles à l'intérieur comme à l'extérieur de la ruche. Elle est due à un contact à doses létales avec les produits.

L'intoxication chronique dont les effets sont difficiles à évaluer, se traduit à moyen et long terme par un affaiblissement de la colonie. Elle peut atteindre les adultes, directement exposés dans les champs, le couvain, par l'intermédiaire du pollen ou du miel et la reine dont la fertilité est diminuée pouvant entraîner une supersedure. Il y a affaiblissement de la colonie, immunosuppression favorisant l'activation d'un virus latent ou l'invasion par un parasite.

Le risque pour l’abeille est fonction de l’exposition et de la toxicité, et l’exposition sera différente selon que le produit est systémique ou pas, et selon qu’il est pulvérisé ou appliqué en traitement de semences.dechet

Les études récentes sur les risques chimiques ont mis en évidence des cas d’intoxications chroniques également dues aux antibiotiques ou aux acaricides régulièrement utilisés dans les ruches lors d’interactions croisées entre les différents produits phytosanitaires.

contamination

 

 

 

 

 

 

chrono

abeille jaune

 

 

 

 

 

 

 

Les différents pesticides

Un pesticide est un produit chimique destiné originellement à la protection des cultures afin de lutter contre les nuisibles tels que les parasites, les mauvaises herbes, les insectes et les champignons.

  • Les herbicides ou désherbants des cultures
  • Les fongicides pour détruire les champignons
  • Les insecticides pour tuer les insectes
  • Les acaricides pour tuer les acariens

Tous ces produits phytosanitaires peuvent perturber les insectes pollinisateurs soit en raréfiant leurs ressources alimentaires soit en attaquant le métabolisme de l'insecte de façon directe en les intoxiquant ou indirecte par des résidus déposés sur les plantes et transportés dans la ruche.

Les pesticides sont classés selon leur mode d'action et leur degré de toxicité.

  • Action neurologique (organochlorés, organophosphorés, carbamates....)pesticides21
  • Action sur la respiration cellulaire (roténone, pyrazoles, dérivés stanniques)
  • Action sur la croissance de l'insecte (benzoylurées, acylurées, benzhydrazides)

 

 

 

 

 

 

Les insecticides organochlorés

Les pesticides organochlorés de 1ère génération sont des POP (polluants organiques persistants)

  • organochlors

Ils ont été largement utilisés dans les années 1940 à 1970 (le DDT), puis progressivement proscrits dans les années 80 (Royaume-Unis- 1984 ) et la convention de Stockholm ratifiée le 22 mai 2001 et effective depuis le 17 mai 2004organochlors.png1

Ils ont été remplacés par les organophosphorés. Bien qu'ils ne soient plus utilisés, ils perdurent encore dans les écosystèmes et donc dans nos aliments.

 

 

organophosphor

Les insecticides organophosphorés

Ils sont utilisés depuis 1970, ils entraînent des troublent neurologiques, une détresse respiratoire et des perturbations cardiovasculaires chez l'homme.

Leur usage est restreint au niveau agricole en raison de sa toxicité vis-à-vis de l'homme.

organophosphor.png1La toxicité est également démontrée sur l'abeille (acéphate, malathion, pholasone...)     

  

 

 

carbamateLes carbamates

Ce sont les herbicides, les fongicides, ils ont les mêmes effets que les organophosphorés. On les retrouve dans le pollen, le miel stockés dans la ruche. Ils sont apparus vers les années 40. Ils sont extrêmement toxiques (aldicarbe, méthomyl...)carbamate1

                                                     

 

 

 

pyrethrinoideLes pyrethrinoïdes

Ces dérivés de « troisième génération » sont dérivés du pyrèthre. Leur action neurotoxique est très élevée car un simple contact avec l'insecte entraîne sa mort. (Ex : DECIS)

Très faiblement toxique pour les mammifères, ils utilisés par les agriculteurs. L'arrêté du 28 novembre 2003 stipule que les traitements réalisés au moyen d'insecticides et d'acaricides sont interdits durant la période de floraison et pendant période de production d'exsudats, quelques soient les produits et l'appareil applicateur utilisé sur tous les peuplements forestiers et toutes les cultures visitées par les insectes pollinisateurs, les plantes en fleurs dans une zone de culture.

 

 

neocotinoideLes néonicotinoides

Apparus en 1994, ils sont aujourd'hui très utilisés dans certaines cultures (colza, maïs, tournesol...). Ils atteignent le système nerveux central des abeilles. Ils ont une action systémique, c'est à dire que les molécules insecticides vont pénétrer les tissus végétaux et se retrouver dans toutes les parties de la plante, de la racine aux pointes des feuilles. On retrouve l'insecticide dans le pollen et le nectar, mais également dans l'eau de guttation. Il a été démontré que ces gouttes d'eau, lorsqu'elles proviennent d'une plante traitée par un insecticide systémique, étaient fortement contaminées, certains néonicotinamides se retrouvant à des concentrations de 100 ppm, niveau létal pour une abeille absorbant oralement la goutte. Cette étude à conduit l'EFSA à étudier l'impact de cette contamination, les compagnies phytosanitaires neocotinoidecherchant à démontrer que l'eau de guttation ne se retrouvant pas, en condition normale, en contact avec les abeilles, car si un intérêt apicole notoire avec l'eau de guttation était démontré, tous les insecticides systémiques seraient amenés à être retirés                               

 

 

 

image2

image3