Assemblée Générale ordinaire 11 Février 2017

Rapport moral 2016

Le Président remercie les personnes présentes, il cite les absents excusés.

En tout premier point, il remercie tout particulièrement les membres du Conseil d'Administration pour leur aide, leur assiduité aux réunions, leurs idées et leurs interventions.

A ce titre sont remerciés particulièrement :

  • Carole, notre vétérinaire pour son investissement remarquable dans le renouvellement de notre PSE  qui a représenté un  lourd travail tant de rédaction que de recherches et de contacts au niveau du monde vétérinaire et commission régionale de la pharmacie vétérinaire.
  • Vivian qui n'a pas hésité à nous offrir ses bâtiments son matériel mais aussi sa disponibilité pour toutes les opérations afférentes à tout ce qui concerne les médicaments, que ce soit la réception, le logement mais aussi la remise à certains  apiculteurs sans oublier la collecte  des cires d'opercules, la mise en palettes, la réception et la préparation pour que chaque apiculteur puisse trouver tout prêt ses lots qui ont pu être  récupérés  juste avant l'ouverture de cette AG.
  • Bertrand notre trésorier qui ne lésine pas devant le travail que représentent les différentes actions tout au long de l'année, à commencer par la préparation claire du budget comme il va nous l'exposer encore  bientôt, mais pour cela il lui faut être vigilant pour les adhésions pour lesquelles je tiens à préciser qu'en 2016,  c'est lui qui a assuré le secrétariat et la trésorerie, il y a aussi les commandes de médicaments les commandes de cire avec les paiements qui correspondent  et les relations qu'il entretient avec les laboratoires, le cirier etc
  •  Nous n'allons pas oublier Michèle qui ne pouvait être parmi nous cet après-midi, prise pour des problèmes familiaux ; néanmoins, je voudrais saluer ici son dévouement pour la charge du rucher de ce lycée qu'elle a assumée avec beaucoup de dévouement sans oublier ses participations pour l'information des élèves de ce même lycée mais aussi  son aide dans le cadre de cours au niveau du rucher école, sa participation dans le suivi et l'élaboration des programmes de formation dont nous parlerons dans un instant.

• Bulletins ou lettres d'informations, site internet.(problème des apiculteurs sans mail)

  • Le président rappelle l'orientation prise dès l'an passé pour communiquer au maximum par internet, que ce soit au niveau du compte-rendu d'Assemblée Générale, des ''newsletters'' pour diffuser les informations. Le problème persiste au niveau des apiculteurs qui n'ont pas d'adresse internet et chacun est encouragé à fournir son adresse dès qu'il en a une afin d'alléger les conditions de fonctionnement et les incidences financières.
  • Des remerciements sont adressés à Claudette et Jean-Michel qui ont spontanément proposé leur aide pour diffuser les informations par courriel ainsi qu'à Dominique qui malgré son éloignement reste toujours avec nous dans le travail de gestion du site qui reste bien visité : elle travaille un peu ''dans l'ombre'' mais c'est  une action d'importance remarquable.

• les actions de l'année passée

2016, année pleine de rebondissements et d'actions dont voici les principaux éléments dans l'ordre chronologique :

  • En février, aidés par Yvon, nous avons restauré la palissade qui entoure le rucher de Tasdon, grâce à la persévérance et au tact de Stéphane qui a réussi à convaincre la ville de La Rochelle de fournir les éléments nécessaires.
  • En Mars, le GDSA 17 était à Dolus pour l'inauguration officielle du sentier d'interprétation mis en place dans le cadre d'une coopération avec l'association ''La Renarde'', sans oublier le verger conservatoire pour lequel il faut saluer l'aide des  ''croqueurs de pommes'' ; mais tout ceci n'aurait pas été possible si les collectivités que sont la commune de Dolus ainsi que la Communauté des Communes d'Oléron n'avaient pas apporté leur aide et leur soutien. Ce site est un bel ensemble qui ne demande qu'à vivre pleinement ; faut-il pour cela que la mobilisation des apiculteurs de l'île soit à la hauteur des besoins pour concrétiser les projets qui y sont attachés.
  • Déjà, depuis plusieurs semaines ; Carole, comme je l'ai souligné il y a un instant  n'avait pas ménagé sa peine pour essayer de savoir comment et vers qui nous allions pouvoir nous tourner pour relancer le PSE (de La Rochelle, Poitiers, Limoges ; vers le préfet de région à Bordeaux...pour finir à Poitiers). Ce n'est qu'en Mai, après nombre d'espoirs, retours, rebondissements ; nouvelles informations, des fois contradictoires obtenues souvent grâce aux connaissances de Carole dans le monde des services vétérinaires que nous avons pu avoir une réunion avec l'Inspecteur en chef de la Santé Publique Vétérinaire  pour avancer vraiment dans l'affinage du fameux document. Quels trésors de  patience il a fallu développer avant d'être enfin convoqués le 21 Septembre pour participer à la Commission Régionale de la Pharmacie Vétérinaire  où donc ?...aux Ruralies, près de Niort.
  • Récompense suprême, le soir même de ladite commission, je recevais enfin l'avis de validation du fameux PSE et quelques jours après, venant de la Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt AQUITAINE,LIMOUSIN,POITOU-CHARENTES Service Régional de l'Alimentation – Le document enfin accepté et validé pour 5 ans.
  • Il ne nous reste plus, maintenant qu'à le faire vivre ; notamment en ne négligeant pas les visites des ruchers. Et pour ce faire, reste à résoudre le problème des ex Agents Sanitaires Apicoles, qui devront à la fin 2017 s'être transformés en Techniciens Sanitaires Apicoles.
  • La FNOSAD sur le dernier numéro de La Santé de l'Abeille , apporte des précisions sur cette formation tant en terme de durée que de programme : 7 jours en tout scindés en deux sessions, l'une de 4 ou 5 jours suivie , après un temps d'assimilation et de mise en pratique ; d'une deuxième session de  2 ou 3 jours soit en tout une cinquantaine d'heures dispensées par plusieurs formateurs sanitaires apicoles du réseau FNOSAD.
  • Aux dernières nouvelles (13 Janvier 2017) :
  • Les ASA nommés par la préfecture n'auront besoin que de 2 jours de remise à niveau.
  • Les ASA qui avaient déjà eu cinq jours de formation n'auraient eux aussi besoin que deux jours de remise à niveau si tant est qu'ils montrent des résultats significatifs au Questionnaire à Choix Multiples qui leur sera présenté au préalable en terme d'évaluation des connaissances en pré-requis.
  • L'idée d'un regroupement pour la formation est intéressante : à proposer au plus vite.
  • Nous avons avec les collègues de la FACM, lancé un appel pour un groupe d'une quinzaine de personnes, afin d'attirer un centre de formation pour formateurs en rucher-école géographiquement vivable pour tous.
  • Encore faut-il que des candidats se fassent connaître et s'engagent. L'appel est lancé auprès des apiculteurs ASA mais aussi des autres pas encore formés.
  • Mai : préparation des commandes de médicaments pour lutter contre varroa.
  • Je voudrais ici remercier tous les apiculteurs qui ont rempli avec soin leur bon de commande et en même temps, lancer un appel pour que tout un chacun fasse preuve de vigilance dans tous les renseignements qu'il fournit, notamment son adresse internet qu'il nous est difficile parfois de déchiffrer (avec tous les risques d'échec que cela peut engendrer) à ce titre, il serait peut-être judicieux de nous l'indiquer en lettres majuscules d'imprimerie . Cette année 2016 n'a pas été facile pour ce qui est des déclarations, mais j'insiste bien là-dessus, pour l'avenir, un bon de commande incomplet ne sera pas honoré s'il n'a pas été dûment rectifié avant la date butoir ; nous ne pouvons pas en cas de vérification des services vétérinaires, prendre le risque de faire discréditer le GDSA 17 et pénaliser tous les apiculteurs pour ce type de problème qui relève de la vigilance de chacun : je vous remercie d'avance pour votre compréhension.

Aperçu de l'impact des traitements

  • 122 apiculteurs adhérents (sur un total de 167) ont commandé et utilisé des médicaments AMM
  • • 4401 ruches traitées, contre 5010 en 2015
  • • 72,5% des ruches (3192) ont été traitées avec APIVAR
  • • 10,4% = (456) avec APISTAN
  • • 8,7% = (388) avec APIGUARD
  • • 3,7% =(163) avec APILIFE VAR
  • • 4,7% = (207) avec la Gaulthérie
  • • Le traitement d'hiver à l'acide oxalique n'a pas été pris en compte car APIBIOXAL n'a pas été commandé (trop cher).

 

  • En Octobre et aussi en Novembre, nous avons rencontré successivement Madame la Directrice du Lycée Georges DESCLAUDE, ici même  pour résoudre  quelques petits  problèmes concernant  l'entourage du rucher et  voir comment l'action d'information  que le GDSA pouvait apporter aux élèves pouvait être reconduite.
  • Nous avons aussi rencontré le Président de la Communauté de Communes de l'Île d'Oléron pour revoir les termes de la convention qui lie le GDSA 17 à la CDCIO dans le site des Allards.
  • Le point a été fait sur les besoins de prise en charge par la collectivité de l'entretien du site, sauf  le site interne du rucher et le  pourtour de la cabane .Jusqu'à ce jour, l'entretien de la totalité du site soit 8000 m2  pesait entièrement sur les épaules des quelques bénévoles qui s'investissent sur ce rucher : très lourde tâche, trop lourde pour que du vrai travail apicole puisse être mené. Nous aurons davantage de données lors des comptes-rendus  sur les différents ruchers.
  • En Novembre, nous avons procédé à la collecte des cires d'opercules  pour le gaufrage effectué par le cirier Remuaux : environ  une tonne de cire a été apportée, les feuilles ont pu être récupérées par nos collègues.
  • J'aurai à ce titre une petite remarque à faire qui concerne le principe de fonctionnement de cette collecte. Je regrette très sincèrement de devoir mettre l'accent sur des dérives que nous avons pu remarquer quant au manque de scrupules de certains apiculteurs non adhérents qui infiltrent le système en insérant leur cire à travers des lots venant d'adhérents d'accord avec cette pratique. Je tiens à préciser que l'intérêt privé ne peut être satisfait que quand l'intérêt général a été respecté, que ce type d'attitude est particulièrement préjudiciable au bon fonctionnement de cette action et que cela va nous amener à devoir mener des vérifications croisées ; alourdissement important de la tâche et multiplication des difficultés. Merci d'avance pour la vigilance et le respect de chacun.

Les chiffres de l'opération  cire d'opercules

  • 903,5 kg de cire d'opercules ont étés déposés pour gaufrage.
  • • 1190 kg de cire vont êtes redistribués =
  • • opercules +
  • • commandes de cire supplémentaire (2 feuilles par ruche traitée)
  • • soit en moyenne pour 2016 , 4401 ruches impactées

 

  • Dernier point de cette année bien remplie, le principe d'une nouvelle entité sanitaire apicole au regard de la grande région Nouvelle Aquitaine. Un début de dynamique avait été lancé entre quelques départements : Gironde, Dordogne, Lot et Garonne,Landes, Pyrénées Atlantiques... A ce jour, deux réunions ont eu lieu, visant à rassembler les membres des GDSA des douze départements concernés afin de voir comment trouver une organisation qui puisse prétendre avoir la taille pour  faire face au niveau régional notamment au GDS afin que si des finances sont allouées par l'Europe en direction des abeilles, nous puissions être là pour dire :
  • << Nous avons des projets pour développer l'apiculture, ce qui se passe dans nos ruchers, cela nous regarde et nous tenons à en garder la maîtrise>>.
  • Le principe d'adhésion à cette Organisation Sanitaire Apicole de la Nouvelle Aquitaine est fixé à 150 € par an, le Conseil d'Administration a émis un avis favorable, la demande est faite à l'assemblée générale de formuler son avis.
  • Ce principe d'adhésion étant accepté à l'unanimité, le président remercie l'assemblée présente.

 Projets 2017

  •  Adhésion

  • Compte tenu des différentes approches que nous avons menées au cours de l'année 2016 pour travailler en commun avec nos collègues de la FACM, cette année 2017 va en  être la concrétisation.
  • Pour permettre à quelque adhérent que ce soit FACM ou GDSA17  de bénéficier des services offerts par les deux associations, la première démarche à adopter est d'uniformiser nos prix. Le Conseil d'Administration a donné un avis favorable à l'équilibrage du prix de l'adhésion GDSA avec celui déjà en exercice de la FACM, à savoir 20 €. Cela permettra aux adhérents du GDSA d'avoir la possibilité de profiter des cours de formation donnés aux ruchers de Surgères pour le premier niveau, Cozes pour le deuxième niveau, de la miellerie  et du matériel d'extraction à  Breuil-Magné, de la médiathèque spécialisée à Surgères.
  • Le trésorier propose aussi  une adhésion de soutien  à 10 € pour des personnes qui n'ont pas ou plus de ruches, qui souhaiteraient garder le contact et l'information apicole que nous pourrons diffuser.
  • Le président demande l'avis de l'assemblée : adopté à l'unanimité.

Distribution de médicaments

  • Comme par le passé, si nos finances nous le permettent ; nous essaierons de maintenir le service des médicaments. J'en ai parlé dans le bilan moral, merci d'avance pour votre vigilance.

Collecte et Distribution de cire

  • Toujours en fonction des finances, l'opération cires d'opercules sera reconduite, c'est là encore un point important pour le bien-aller de nos abeilles. Soyons vigilants, méthodiques et appliqués dans nos pratiques pour que grâce à nos cires de qualité, nous puissions garder la tête haute malgré les virulentes critiques que l'on peut voir sur certaines revues apicoles ou certains sites qui ne répugnent pas à ''mettre tous les apiculteurs au même plan''.
  • Notre département a été un précurseur dans ce type de dynamique, des mesures d'analyses ont été menées sur trois années, permettant de savoir ce que nous avions dans nos cires : un budget conséquent de  21000€ sur trois ans. C'est un volet à ne pas négliger, même si nous ne pouvons pas le faire systématiquement sur tous les lots de cire (à cause de l'incidence financière engendrée) nous essaierons de poursuivre dans cet esprit pour pouvoir opposer de vraies données aux ''dires démollisseurs''.A voir si nous pouvons ''décrocher un intérêt'' au niveau de l' O S A N A et solliciter une aide financière spécifique à cette action  à haute incidence qualitative pour nos abeilles.

 Rucher de Sélection, d'Elevage, et de Conservation d'Oléron

  • Sylvie présente l'état des choses en termes d'équipe numériquement faible, de difficultés de fonctionnement à cause des charges de travaux d'entretien chronophages.

Le rucher des Allards

  • • 6 bénévoles
  • • Près de 400 heures de bénévolat sur site  plus des heures de réunion, travail administratif et de documentation.
  • • Un site pédagogique équipé de :
  • • Combinaisons, voiles de protection, une ruche vitrée et une trousse de secours
  • • Panneaux pédagogiques abeilles en place
  • • Ouverture au grand public : Participation aux journées agricoles
  • • Ouverture du rucher au public tous les jeudis après-midi en juillet et août.
  • • Pour les apiculteurs :
  • Rucher d'initiation
  • Rencontres d'échanges  théoriques et pratiques.
  • La Communauté de communes de l'île d'Oléron mène actuellement un projet d'étude devant conduire à l'élaboration de sa stratégie concernant le développement de la filière apicole oléronaise, et la préservation de l'abeille locale. Cela a déjà donné lieu à une première étape concernant l'évaluation des phénotypes des abeilles Oléronaises par analyse de l'ADN mitochondrial, en prélevant des abeilles dans toutes les ruches de l'île, autant que faire  se peut. C'est un travail de longue haleine dans lequel  les politiques Oléronais se sont engagés, tout cela pour valider une possible avancée vers un conservatoire de l'abeille noire locale (en fonction des résultats que donnera cette étude) ou non.
  • Le but d'origine du GDSA17 n'était pas de mettre en avant « l'abeille d'Oléron » mais d'utiliser l'ile comme territoire réservé à la sélection, l'élevage, la mise à disposition de cette abeille pour les apiculteurs de l'île bien sûr mais également pour tous les autres dans le département et la petite région si possible. Ce site avait également un but pédagogique pour petits et grands et un but de centre de formation pour les apiculteurs. Dans tous les cas le GDSA17 n'a pas eu cette initiative pour développer seulement l'apiculture Oléronaise, mais bien au travers de la sélection, de préserver la santé de nos abeilles. Pour le GDSA, le problème se situe à un autre niveau : avoir un relais significatif sur l'île, car on peut ficeler tous les projets que l'on veut, sur le papier ; s'il n'y a pas les moyens humains pour mener à bien la réalisation sur le terrain : tout est voué à  un échec certain.
  • Dans l'état actuel des choses, le rucher des Allards a connu et connaît encore bien des problèmes, et malheureusement, les choses n'avancent pas comme cela avait été souhaité lors de son lancement.
  • La seule solution que l'on puisse retenir est de créer un pôle abeille avec les politiques locaux afin d'asseoir un véritable engagement environnemental  dans l'île d'Oléron, dans notre département et plus largement la région. La création d'un emploi de technicien pour gérer le site en collaboration avec les associations locales et du département est certainement la seule solution pour résoudre les problèmes de volontaires et de gestion des ruches.

 Rucher test de Tasdon

  • Stéphane Aymon présente le travail mené et l'évolution prévue en termes  de conduite des colonies pour la production de miel et d'élevage de noires pour le renouvellement. Il est aidé de Janick et Pierre

 Rucher test de Trizay

  • Yvon présente à son tour le travail fait, les difficultés rencontrées notamment dûes à la proximité de zones agricoles  et cultures légumières à forte incidence des phytosanitaires.

 Rucher test de Saintes

  • Michèle étant absente, le président présente le travail mené pour sauvegarder les trois colonies et appelle à mobilisation pour qu'une équipe vienne relayer Matthieu qui ne dispose pas du temps qu'il souhaiterait investir.

 Rucher test de Rabanier

  • Maurice annonce la disparition de trois colonies suite au passage ''renversant'' des sangliers et à l'action du blaireau sur l'une des ruches renversées. L'année 2017 sera dans ce rucher plus axée sur le renouvellement de colonies que sur la récolte de miel.

 

 Rapport financier 2016

  • Bertrand  PERROT présente un rapport financier clair et équilibré (un très léger excédent de dépenses de 828,36€).
  • Le vérificateur aux comptes, Jean-François PROSPER donne un avis favorable au regard d'une gestion  en équilibre et d'une présentation claire et agréable.

Votes

  • Rapport moral : accepté à l'unanimité
  • Rapport financier : accepté à l'unanimité
  • Le président remercie l'assemblée pour la confiance  portée.

Élection ou réélection du tiers sortant

 

Elus du CA 2015 2016 2017
1 Aymon Stéphane sortant
2 Delahaye Sylvie sortant démissionnaire
3 Derrien Claude sortant démissionnaire
4 Douteau Maurice sortant
5 Freland Yvon sortant
6 Guibert Jannick sortant
7 Holthof Matthieu sortant
8  Vivian Joyet  sortant
9  Prosper J François  

Retrait    = Président

d’Honneur
10  Perrot Bertrand  sortant
11  Michelle Stankus  retrait
Nouvelle candidature  

CASTEX Claudette

 elue
 Nouvelle candidature  CASTEX Serge  elu

 

  • Le président remercie ces nouveaux membres  ainsi que l'assemblée pour la confiance qu'elle leur porte.

 

Questions diverses

  • Des informations diverses et variées sont affichées (chacun pourra les retrouver sur le site).
  • L'accent est mis par Carole GARBASI, vétérinaire ;  sur l'encouragement à renseigner un maximum de fiches   AUTO BILAN VISITE DE PRINTEMPS * lui permettant  d'avoir un aperçu significatif de l'état général des ruchers du GDSA  sur une période relativement ''étroite'' et pouvoir mieux appréhender les problèmes rencontrés, voire signalés par les apiculteurs
  • Le président clôture l'assemblée générale, remercie les participants  et invite chacun à partager le verre de l'amitié et déguster le pain d'épices fabriqué par Mathilde BOUCHE, jeune apicultrice de JONZAC et  les minis cannelés fabriqués par Jean-François PROSPER.